03 mai 2013

Poirot joue le jeu

Poirot joue le jeu, de Agatha Christie, chez le Livre de Poche, 250p, traduit de l'anglais par Pierre Girard C'est un jeu, un meurtre pour rire où les participants doivent découvrir le coupable. Rira bien qui rira le dernier... Mon avis: Que ce fut dur de terminer ce livre ! Il me fut impossible de retenir mon attention, ni de suivre tous les personnages. Si j'avais eu besoin de 2 jours pour lire mon précédent Agatha Christie, il m'en fallu 2 semaines pour celui-ci !  Entre un Hercule Poirot en pleine crise... [Lire la suite]
Posté par ElsaleDevin à 04:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

22 avril 2013

La Maison du péril

La Maison du péril de Agatha Christie, chez le Livre de Poche, 222p, traduit de l'anglais par Robert Nobret.  Un tableau qui se décroche à la tête d'un lit, un rocher qui dévale une falaise et s'écrase sur le sentier, les freins d'une voiture qui lâchent, une balle perdue... Qui en veut à la vie de Miss Buckley ? Hercule Poirot n'aura de cesse de démasquer le coupable.  Mon avis:  J'avais envie de lire quelque chose de léger sur mon balcon pour apprécier le printemps et faire une pause dans Le monde d'hier... [Lire la suite]
Posté par ElsaleDevin à 11:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
30 juin 2012

Jeux de glaces

Jeux de Glaces de Agatha Christie Synopsis: Le sort de Carrie-Louise inspire de vagues inquiétudes à son entourage. A sa sœur Ruth, d'abord, et à son fils. Et aussi à son troisième mari, Lewis Serrocold. En effet, Carrie-Louise a une fille et en a adopté une autre, et a été mariée trois fois avec des hommes eux-mêmes divorcés - ce qui fait toute une tribu de beaux-fils, de belles-filles et de petits-enfants... Tout ce beau monde vit dans un institut pour jeunes délinquants. Une maison de fous, dit l'infirmière qui soigne... [Lire la suite]
Posté par ElsaleDevin à 07:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 juin 2012

Le train de 16h50

Le train de 16h50 de Agatha Christie   Synopsys:   Allant dans la même direction et presque à vitesse égale, les deux trains semblaient disputer un match.Mrs McGillicuddy, pour se distraire, regardait les occupants qui s'offraient à sa vue, mais ce qu'elle vit lui arracha un petit cri. Debout, le dos tourné, un homme serrait la gorge d'une femme ; il l'étranglait. Le hasard voulu que le « 16 h 50 » ralentît et que le train « parallèle » le dépasse, disparaissant dans la nuit.    ****    Mon... [Lire la suite]
Posté par ElsaleDevin à 01:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :